Conte de fée Lyrics

Greenfinch Lyrics

You are viewing Conte de fée Lyrics - Furax & Jeff Le Nerf

Conte de fée song lyrics are written by Furax & Jeff Le Nerf

Complete information about Conte de fée lyrics

Selected song name: Conte de fée
Singer Name: Furax & Jeff Le Nerf
Lyrics written by: Furax & Jeff Le Nerf

You can see all the lyrics of Furax & Jeff Le Nerf songs at rare-lyrics.com




- Je veux m’en aller d’ici. Emmène-moi loin d’ici, je t’en prie !
Je t’en prie, partons vite !
- Les choses ne sont pas si simples. Tu deviens une grande fille et… Et bientôt tu comprendras que la vie n’a rien d’un conte de fée
Le monde n’est que cruauté. Il faudra bien que tu le saches
Même si ça fait mal…


Eh pélo filme, contraint d'laver ma rime
Puisqu'on pardonne les pédophiles contre un "Ave Marie"
Puis Cendrillon est de ces embryons qui s'étend sans briller
Pour cent billets, elle baise c'est son rayon, fixette dans l'cendrier
Lui au départ d'Paris, gueula Figeras
T'as cru qu'le monde n'aurait d'barbarie, que la figue hélas
Mais naïve rêvant de robes, ivre de baratin
Elle n'arrivera en Europe, que pour vivre le bar à tain-p'
Vendus aux bas-fonds, barre les triples !
Trois pet**s cochons sont pendus au plafond par les tripes
S'agacent et parlent aux sourds, n'écoute pas ces marmots saouls
Te parleront de là-bas, qu'la base c'est pa**er par Mossoul
Raconte-lui l'opéra, raconte ces bourgeons gris à l'IRA
Ou mieux que l'on paiera ce que les Bush ont pris à l'Irak
Dans cette histoire y a autant de sang que de samples à débiter
Puis t'es sur un tapis de cendres, te sens pas dépité
Sûr, qu'un hiver en France ou Printemps arabe tue trop
Vous verriez nos larmes, c'est bête, balles et bombes
On s'écriait "Bisous, fonce” empruntant la rame du tro-m'
On s'est dit ces deniers mots-là, c'est p't'être pas les bons
Fuis car mates il tousse et se marre
Puis, peut-il pousser ce mal ?
Lui, c’est des cailloux de crack que le pet** Poucet sema
Ce sont de belles et douces fables et t'as 22 secondes
Je te rappelle que tout se fane à la fin de ce conte

Il était une fois ce que la fois de trop met
Il était une foire, c’est c'que la voix te promet
Il paraîtrait qu’on tue dans l’histoire
Je m’arrêterais où tu t’enlises toi
Il était une fois ce que la fois de trop met
Il était une foire, c’est c'que la voix te promet
Il paraîtrait qu’on tue dans l’histoire
Je m’arrêterais où tu t’enlises toi


Avant qu’la drogue ne l’emporte, avant qu’on n’ferme la planche
Avant qu’il n’croqua la pomme, avant la neige, la blanche
Depuis ses 10 ans, l’enfance trouée, les ailes brisées, crisant
La chance nouée, grisé, s’disant "la France nous hait"
Il voulait rejoindre Alice, car plus rien ne l’émerveille
Il smoke son joint d'gras crispé au pays des mères tristes
Tout plaquer ça l’gratte, oui l’insolence tient l’volant
Puisa dans la violence et ne trouva qu’ça gratuit
La poussette dans l’panneau, rapide ultra dévarié
D’la poussière sur l’piano, d’la p*sse dans l’Stradivarius
Un père trop détestable, une mère sans piédestal
Ou quand celle qui t'aimait s'tape MST et temesta
LSD il rêve d’espace, seule la haine est stable
Elle laisse des bêtes de traces, c’est l’âme qui paye, n’est-ce pas ?
Là, serein, loin d’la mer, du biz, du port, de c’milieu
La seringue dans la veine en guise de bottes de mille lieux
Habillé comme un billet neuf, à nager entre avis et code
À vriller la vie est un long fleuve tranqu… La vie est conne
On connait déjà l’taro, c’est pas d’puis hier qu’ils zappent le jour
Il était une fois l’garrot, la p’t**e cuillère, la salle de shoot
C’est courir en souffrant, marre des souvenirs de ce monde
Il va donc sourire en mourant, ouais le comble
Et c’est tout le drame de ce conte, ouais le pa**é compte
On ne se souviendra de ce con qu'deux secondes

Il était une fois ce que la fois de trop met
Il était une foire, c’est c'que la voix te promet
Il paraîtrait qu’on tue dans l’histoire
Je m’arrêterais où tu t’enlises toi
Il était une fois ce que la fois de trop met
Il était une foire, c’est c'que la voix te promet
Il paraîtrait qu’on tue dans l’histoire
Je m’arrêterais où tu t’enlises toi